L'atelier de linogravure à l'Espace Pierre de Grauw

Les gens se pressent, à l'heure, pour notre stage de linogravure. Nous avons dû refuser du monde et il y a même une liste d'attente. Pour débuter, Chantal Bertholom nous propose de visiter l'espace Pierre de Grauw. La vingtaine de stagiaires se laisse conduire. Beaucoup viennent des environs. Ils pratiquent pour certains le dessin. Nombreux sont ceux qui connaissent déjà l'espace.

Puis Jean-Pierre Mayot, notre linograveur, prend la main. A nous de nous inspirer de ces œuvres pour trouver un thème que nous graverons. Reproduire ou s'inspirer d'une œuvre, d'une partie, d'un détail… Les traits bruts de l'œuvre de Pierre de Grauw conviennent parfaitement à ce que nous pourrons obtenir de la linogravure.

Je suis impressionné par mes camarades qui sortent leurs carnets de dessin. Au crayon, plusieurs d'entre eux ont déjà croqué deux ou trois œuvres. Nous faisons pâle figure en comparaison…

Un atelier est improvisé de l'autre côté de la rue. Une belle presse de notaire, en fonte, trône sur la table. Jean-Pierre nous présente la technique. Attention à ces pleins et ces vides qui deviendront du noir et du blanc ; attention à l'inversion du dessin lors de l'impression… Après toutes ces informations, ne pas paniquer et reprendre son dessin. Chacun se saisit de son carré de linoleum et les gouges se mettent à creuser la matière. L'ambiance est studieuse. En traversant la pièce, je vois surgir sur les plaques des visages christiques, des prophètes, des femmes, des mains qui se joignent, des hérauts. Je creuse pour ma part le corps de Job souffrant.

Premier essai d'encrage. A mon tour, j'applique le rouleau sur ma plaque, je superpose le papier, puis je soumets le tout à l'action de la presse. Résultat décevant. Une partie de la gravure ne s'est encrée qu'à moitié. L'encre est une traîtresse. Coup d'éponge et nouvel essai. Cette fois-ci, je serre la vis de la presse énergiquement pour éviter le même résultat. Catastrophe : les traits les plus fins ont disparu sous la pression… le troisième essai sera plus concluant. Mais cette fois, des détails que je n'avais pas prévus apparaissent… Jean-Pierre nous avait prévenu : l'encre révèle ce qu'elle veut et aime surprendre.

Jean-Pierre nous fait essayer d'autres papiers et couleurs d'encre. Pour une petite demi-journée de travail, l'ensemble des tirages est stupéfiant. Nous repartons forts de cette découverte : l'encre a sa propre liberté.

Journée d'initiation à la linogravure à l'Espace Pierre de Grauw à Pontscorff

L'espace Pierre de Grauw accueillait samedi 14 mars dix-huit stagiaires pour une initiation à la technique de Linogravure piloté par Jean Pierre Mayot, archithèque et enseignant en dessin. Une journée organisée par l'association des amis de Pierre de Grauw et l'association culturelle de Boquen sur deux temps forts, le matin, par la visite des œuvres de l'artiste commentée par Chantal Bertholom suivi par la mise en application de la technique de la Linographie. Une journée très appréciée par l'ensemble des stagiaires venus de Paris, Rennes, Pont Scorff et du secteur de Lorient.

 

 

« La Linogravure est source de trois plaisirs, dessiner, graver, et enfin imprimer, les stagiaires ont eux le loisir de découvrir son aspect technique avec des outils rudimentaires comme, le Gouge et la presse, sur différents supports en s'inspirant des œuvres de l'artiste Pierre de Grauw, une occasion  pour  certains  stagiaires  de découvrir ou de redécouvrir son travail. C'est une première à Pont Scorff, qui sera probablement reconduite. » Souligne Jean Pierre Mayot.

Correspondant : LE BRISE Jean-Paul
Date événement : 14-3-2020
Produit / Couverture : Ouest-France/ Pont-Scorff Classeur : Pont-Scorff

 

Entre parole et vision

 

Pour commencer j'aimerais rappeler ce que Pierre lui-même disait à propos de son travail sur les Psaumes :

 

« En lisant les psaumes j'ai souvent constaté qu'une phrase, un seul verset m'inspirait à le visualiser par une image ou à le personnifier.

Très souvent, en effet, un verset devient pour moi un personnage ; il s'incarne pour ainsi dire. Par exemple : « Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur… » (psaume 129/h130) n'est plus une phrase, une plainte, un cri au secours ; cette phrase est devenue l'homme lui-même qui crie de toutes ses forces sa détresse, son angoisse.»

 

« L'Homme lui-même », c'est ce personnage que l'on retrouve tout au long des dessins de Pierre sur les psaumes : personnage austère, dramatique,... mais parfois aussi paisible ou émerveillé.

Ce type d'homme n'existe pas dans la réalité. Il n'a pas été dessiné d'après modèle vivant ! Personne n'a jamais vu un homme vêtu de la sorte…

C'est une image-symbole.

 

Pourtant Pierre disait : « Ce personnage m'habite ! » 

Alors je ne crois pas exagéré de dire que ce personnage, c'est Pierre lui-même, ou en quelque sorte son double, ... en train de vivre le psaume, parce que, dans sa conscience, c'est l'expérience même du psalmiste qui se renouvelle.

D'ailleurs il précise encore : « ...c'est l'histoire de l'homme et de son temps qui fait le psalmiste. C'est donc l'histoire de chacun d'entre nous qui continue de faire le psaume aujourd'hui. »

 

Pierre aimait rappeler, à la suite du théologien juif Martin Buber, que

«le langage biblique garde le caractère dialoguant de la réalité vivante.»

  « Cela veut dire – ajoutait-il - que la voix qui, dans le psaume, fait par exemple cette prière : « A cause de ton amour, Seigneur, sauve-nous ! » cette voix prend soin d'écouter ensuite en silence, pour savoir si elle est exaucée. C'est là que s'effectue le dialogue entre la parole et le silence. »

Lire la suite : Entre parole et vision

Pierre de Grauw : Les sculptures de Pierre de Grauw sont elles des idoles ?

 

Les quatrièmes rencontres de l’Espace
« Les sculptures de Pierre de Grauw sont elles des idoles»

 

Samedi 6 juin 2015 de 14h30 à 17h

Théâtre le Strapontin, 14 rue du Docteur RIALLAND
56620 PONT-SCORFF

 

 

Intervenants : François Boespflug professeur émérite d'histoire comparée des religions à l'Université de Strasbourg

Khaled Roumo, spécialiste du dialogue "culture et religion
« Variations sur l’oeuvre de Pierre de Grauw comme exégèse

 

 

Lire la suite : Pierre de Grauw : Les sculptures de Pierre de Grauw sont elles des idoles ?