Livre d'or proposé par l'espace Pierre De Grauw de PONT-SCORFF

On ne sort pas indemne de cette magnifique exposition,… dans un lieu comme fait pour elle, après avoir été jadis une école… Visite qui nous invite à la méditation et à la réflexion sur le monde. Merci.

Plus on y vient, plus on est attiré … : du beau qui m’a parlé à chaque visite. Je repars avec l’idée de revenir et de faire découvrir ce lieu exceptionnel à des amis voire à mes petits-enfants dont j’aimerais écouter les questions.

Superbe Espace ! Parole et Sculptures… Se parlent, nous parlent. Merci.

Un moment de grâce, de plénitude. A voir absolument.

Quel parcours !... Merci pour la résonnance qu’apporte l’ensemble de cette œuvre. Accueil excellent qui nous a agréablement mis sur le chemin de cette œuvre profonde.

Merci à la municipalité de Pont-Scorff pour avoir su conserver à ce lieu son rôle éducatif.

Cet espace est magnifique d’art, de beauté… J’en suis resté sans voix. Impression très forte sur l’être humain.

Dans les escaliers, le tableau « Lutte dans la nuit » m’a beaucoup inspiré : …. la nuit, les arbres, le vent, la nature, les animaux nocturnes… De l’art !

Exposition très intéressante d’un point de vue certes religieux mais également philosophique et symbolique.

Touché, en plein cœur, jusqu’au fond, dans un espace où le silence est rarement troublé. Heureux hasard qui a porté mes pas vers ce lieu.

Exposition passionnante que j’ai vue deux fois. Elle interroge l’humain en nous.

Monsieur Pierre de Grauw, vous nous donnez la lumière ! Bravo et merci.

Merci pour cette exposition de l’humanité qui reste gravée dans le bois et le bronze.

Avec vous Pierre, l’espace donne la vibration du silence. La parole perdue se retrouve. La condition humaine vit dans vos sculptures.

Un arrêt totalement imprévu. Qu’elle découverte !!! Et merci à notre guide sans qui nous n’aurions pas eu toutes les clés.

Merci à Pierre de Grauw pour le message spirituel de notre humanité et merci à la Commune de Pont-Scorff d’avoir entendu ce message et de nous le transmettre.

L’architecture encadre parfaitement les sculptures et ces dernières font bien écho aux paroles de JOB !

Nous ne connaissons pas l’artiste, mais la transmission vient de nous en être faite de la « belle façon », dans l’art du Maître et de l’Architecte… Que des Lettres Majuscules !

What a fabulous discovery ! Absolutely fabulous sculpture/art in a fantastic gallery… We will return to Pont-Scorff to revisit this gallery often.

Aujourd’hui, première approche de l’œuvre. Première approche… et sans doute pas la dernière ! Magnifique œuvre d’intériorité.

Profonde reconnaissance pour cette exposition si belle dont  l’auteure (sic) a pu présenter avec justesse toute la grâce de la femme.

Est-ce l’œuvre qui sublime le lieu ou le lieu qui sublime l’œuvre ? Extraordinaire communion. Epure et tourmente se rejoignent et nous interpellent.

Merci pour l’accueil… grâce auquel la découverte fut encore plus somptueuse ! Lieu magique !

Au stage de Linogravure à l'Espace Pierre de Grauw de Pont-Scorff

Les gens se pressent, à l'heure, pour notre stage de linogravure. Nous avons dû refuser du monde et il y a même une liste d'attente. Pour débuter, Chantal Bertholom nous propose de visiter l'espace Pierre de Grauw. La vingtaine de stagiaires se laisse conduire. Beaucoup viennent des environs. Ils pratiquent pour certains le dessin. Nombreux sont ceux qui connaissent déjà l'espace.

Puis Jean-Pierre Mayot, notre linograveur, prend la main. A nous de nous inspirer de ces œuvres pour trouver un thème que nous graverons. Reproduire ou s'inspirer d'une œuvre, d'une partie, d'un détail… Les traits bruts de l'œuvre de Pierre de Grauw conviennent parfaitement à ce que nous pourrons obtenir de la linogravure.

Je suis impressionné par mes camarades qui sortent leurs carnets de dessin. Au crayon, plusieurs d'entre eux ont déjà croqué deux ou trois œuvres. Nous faisons pâle figure en comparaison…


 
 
   

 

 

Un atelier est improvisé de l'autre côté de la rue. Une belle presse de notaire, en fonte, trône sur la table. Jean-Pierre nous présente la technique. Attention à ces pleins et ces vides qui deviendront du noir et du blanc ; attention à l'inversion du dessin lors de l'impression… Après toutes ces informations, ne pas paniquer et reprendre son dessin. Chacun se saisit de son carré de linoleum et les gouges se mettent à creuser la matière. L'ambiance est studieuse. En traversant la pièce, je vois surgir sur les plaques des visages christiques, des prophètes, des femmes, des mains qui se joignent, des hérauts. Je creuse pour ma part le corps de Job souffrant.

Premier essai d'encrage. A mon tour, j'applique le rouleau sur ma plaque, je superpose le papier, puis je soumets le tout à l'action de la presse. Résultat décevant. Une partie de la gravure ne s'est encrée qu'à moitié. L'encre est une traîtresse. Coup d'éponge et nouvel essai. Cette fois-ci, je serre la vis de la presse énergiquement pour éviter le même résultat. Catastrophe : les traits les plus fins ont disparu sous la pression… le troisième essai sera plus concluant. Mais cette fois, des détails que je n'avais pas prévus apparaissent… Jean-Pierre nous avait prévenu : l'encre révèle ce qu'elle veut et aime surprendre.

Jean-Pierre nous fait essayer d'autres papiers et couleurs d'encre. Pour une petite demi-journée de travail, l'ensemble des tirages est stupéfiant. Nous repartons forts de cette découverte : l'encre a sa propre liberté.

Partager

Submit to Facebook